Temps de Lecture: 2 minutes

Commençons par une devinette : qu’est-ce qu’on dit trop petit ou trop gros ? Qu’est-ce qui surgit dans toutes les conversations lorsqu’on parle de soi ? Qu’est-ce qui est synonyme de fierté comme de désaveu, d’ambition comme de honte ? Le tout en 3 lettres ? 

La réponse : Ego. Trois petites lettres et un gros mot. Quelle que soit la manière dont vous le définissez, vous y avez forcément déjà réfléchi. Il est dans nos schémas de pensée, dans le langage, quand on se raconte, quand on s’interroge, quand on conseille les ami·es, dans les livres de philo, de psycho ou de développement personnel, observé, analysé parfois décrié. 

Pour certain·es, c’est l’ennemi à abattre, ce qu’il faut dépasser, ce dont il faut se libérer. Pour d’autres, c’est une essence. Pour moi, c’est la perception qu’on a de soi, polymorphe, réelle ou en devenir, une parcelle active, ni positive, ni négative. 

Et si cette perception avait une mémoire, ça donnerait quoi ? C’est la base du podcast “Histoire de mon ego”. Une petite fiction sonore qui explore en 9 épisodes courts cette notion difficile à saisir. Le pitch : “Imaginez, un soir, votre ego vous invite à dîner pour vous raconter son histoire”. Son objectif : tenter de donner vie à un concept complexe en le traitant comme un personnage à part entière. 

Ce personnage incarné par Julien Branellec est tantôt fier, tantôt taquin, toujours séducteur. Il embarque Sujet, une jeune femme lambda, comme vous et moi, incarnée par Juliette Dubloc, dans une conversation suréaliste. 

Au fil des épisodes, ces deux personnages-notion passeront du conflit à l’apaisement, à mesure que les thématiques s’enchaînent et que les espaces imaginaires défilent. Identité, ambition, amour ou même refoulement, l’idée est de donner voix à des dialogues intérieurs recueillis pendant des interviews (1), entre deux confinements, temps propice à l’introspection. Principal enseignement : chacun·e à sa propre perception de cette notion. 

Quand on demande comment on pourrait matérialiser l’ego pour soi-même, certain·es répondent un roi, d’autres un petit animal qui court très vite, d’autres enfin, un petit personnage qui leur ressemble. Quand on le questionne dans l’amour, la séduction, la sexualité, les réponses fusent et ne se ressemblent pas non plus : présent, absent, dominant, effacé, ça dépend. 

A travers ce podcast, j’ai essayé de faire cohabiter toutes ces perceptions, et, aussi un peu les miennes. En bref : Ego, trois petites lettres et un gros mot. 

Lien : Retrouvez Histoire de mon ego, une fiction sonore de Chloé Sebagh avec Julien Branellec et Juliette Dubloc disponible sur toutes les plateformes d’écoute.

 

(1) Des extraits de ces interviews sont disponibles sur le compte instagram @histoiredemonego.

0
Chloé Sebagh

Chloé Sebagh est l’autrice, la réalisatrice et la narratrice de la fiction sonore “Histoire de mon ego”. Le pitch : imaginez, un soir votre ego vous invite pour vous raconter son histoire. Communicante indépendante, Chloé travaille également pour le compte d’associations et d’entreprises.

Laisser un commentaire